12 octobre 2016

#2 – Les Beacons : la connexion entre le réel et le numérique

Savez-vous ce que sont ces petits objets offrant une multitude de possibilités révolutionnaires ?
Les beacons sont des capteurs sans fil, tels des balises, ils sont disposés dans des lieux précis pour envoyer des messages en Bluetooth Low Energy.
Principalement utilisés par les magasins pour faire du géofincing, leur usage permet aussi d’envoyer de la publicité et des promotions parfaitement ciblées et personnalisées. Les transports, les mairies, les musées, les ont très vite adoptés pour transmettre des messages. Cette technologie conquière petit à petit de nouveaux services et domaines. De nos jours des entreprises font pointer leurs salariés grâce aux beacons. Les hôpitaux et les écoles se sont aussi équipées des mini-capteurs pour effectuer des transactions, inscrire les utilisateurs, etc..

Comment fonctionnent-ils ?
Afin d’avoir une interaction avec les beacons, les utilisateurs doivent avoir sur leur smartphone une application mobile du service.
Exemple : fin 2013 Apple avait lancé les iBeacon pour tous ses magasins américains afin d’améliorer son expérience utilisateur. La marque avait installé au préalable son application dans sa nouvelle mise à jour d’iOS. Ainsi, toutes les dernières générations d’iPhone et IPad pouvaient être géolocalisés et contactés par l’enseigne.

Mais attention, avoir l’application de suffit pas pour recevoir les notifications. Il faut également être à quelques mètres (0 à 70m) du capteur et avoir le Bluetooth activé. Ces deux conditions sont primordiales car hors de porté des émissions ou sans captation possible du signal, aucune donnée ne sera envoyée.
Depuis le 1er capteur en 2013, de nouvelles générations ont vu le jour. Même si elles ne peuvent toujours pas contacter tous les utilisateurs de smartphones, elles permettent dorénavant de récupérer les données des clients, sur un cloud, pour mieux adapter toutes les actions.

Et dans le monde urbain, comment permettent-ils de communiquer ?
Les beacons, bien qu’adorés par les marques, ont aussi séduit les transporteurs.
En effet, dès 2013 les beacons ont été installés dans les transports en commun de Montréal afin d’alerter les voyageurs en temps réel s’il y a une perturbation du trafic. Ce test grandeur nature permettait aussi aux clients de recevoir des promotions des restaurants de la ville en fonction de leur positionnement géographique. Selon le directeur marketing de la Société de Transport de Montréal, les mini-capteurs offrent «le bon produit, au bon moment, au bon endroit, au bon client». Une vidéo promotionnelle a été lancée afin d’inviter les montréalais à participer à l’expérience. Cette dernière eu un tel succès qu’en 2015 l’application devint officielle.

Depuis 2015, les taxis ont aussi décidé d’utiliser cette technologie révolutionnaire, avec Crub. C’est une application du même type qu’Uber qui permet de voyager dans 65 villes des États Unis en partageant des « codes promos ». La différence avec la célèbre application ? Les portables deviennent des beacons et envoient les codes à tous les utilisateurs passifs de l’application à proximité.

Les beacons sont encore très peu utilisés en France. La Mairie de Paris avait fait un test lors de la journée du Patrimoine en 2014 mais sans renouveler son expérience. Orange a aussi créé deux versions de son système Orange Beacon utilisé par Roland Garros, QuickSilver et le site lafourchette.com. Cependant rien de très innovateur n’est encore à disposition dans nos villes françaises.

 

sources : Le Journal du Net, Le Figaro, Objet Connecté.
Image : Beacon Belguim.

Enregistrer

Enregistrer